Pour le défense des animaux et de la Nature !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 IFAW Actualités

Aller en bas 
AuteurMessage
Yellowstone
Louve Alpha
avatar

Féminin Nombre de messages : 844
Age : 31
Animal favori : loup
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: IFAW Actualités   Mer 22 Fév - 20:11

En Inde, la cour suprême impose l'interdiction des châles Shahtoosh

Grâce à un procès que le Wildlife Trust of India, l’un des partenaires d’IFAW, a fait en Inde, la Cour Suprême a ordonné à l’état de Jammu et Kashmir (J&K) d’appliquer la réglementation contenue dans la Loi de 2002 sur la protection de la faune de J&K interdisant la fabrication et la commercialisation des châles shahtoosh.

L’antilope du Tibet figure sur l’Annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES). On tue cette antilope menacée pour sa laine, destinée à confectionner des châles qui sont considérés comme des articles de luxe. IFAW mène campagne depuis cinq ans pour faire cesser cette exploitation. Ce jugement exceptionnel renforcera les efforts entrepris pour sauver cette espèce de l’extinction.

Le centième ourson orphelin relâché dans la nature

En Russie, IFAW a célébré la remise en liberté du 100ème ourson orphelin dans une zone protégée. Chaque année, durant les longs mois d’hiver, des centaines de petits ours bruns sont abandonnés et meurent car leurs mères ont été tuées par balle au cours de la saison de chasse annuelle. Depuis 1996, IFAW travaille en collaboration avec le Professeur Valentin Pazhetnov qui a consacré sa vie entière à sauver et réhabiliter les oursons orphelins pour les relâcher dans la nature. IFAW mène également une campagne pour empêcher les chasseurs de tuer les ours pendant leur hibernation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yellowstone
Louve Alpha
avatar

Féminin Nombre de messages : 844
Age : 31
Animal favori : loup
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: Re: IFAW Actualités   Mar 13 Juin - 20:38



En Australie, la menace nippone sur les baleines à bosse alimente la colère

Les baleines à bosse, qui fraient à cette époque au large de Sydney, sont devenues l'emblème du combat des "anti-chasse" en Australie, à une semaine d'une réunion internationale au cours de laquelle Tokyo espère une reprise de la pêche commerciale des cétacés.

Les baleines à bosse sont une espèce familière dans le Pacifique. L'hiver, elles quittent les eaux froides de l'Antarctique pour venir se reproduire au large de l'Australie ou de la Nouvelle-Calédonie.

Le Japon a pourtant décidé de les ajouter au nombre de son quota annuel de cétacés, suscitant un regain de colère en Australie, fer de lance des pays anti-chasse.

A la veille de la réunion annuelle, à partir du 16 juin aux Caraïbes, de la Commission baleinière internationale (CBI), la lutte contre la chasse aux baleines a pris une tournure populaire en Australie, saisie d'un engouement croissant pour le "whale-watching" (l'observation des baleines).

Chaque année, cette activité attire 1,5 million de personnes, rapportant quelque 300 millions de dollars (225 millions USD) à l'économie australienne. Alors que la viande de baleine est très appréciée sur les tables japonaises, Tokyo utilise une faille du moratoire sur la pêche aux cétacés, en vigueur depuis 1986, pour continuer ses prises sous couvert de recherche scientifique.

Un argument qui enrage les groupes de défense.

"Qu'ont-ils découvert en 20 ans? Que la viande de baleine se marie bien avec la sauce au soja?", ironise le sénateur australien Verts, Bob Brown.

Malgré les protestations internationales, le Japon a plus que doublé la saison dernière ses prises de baleines de Minke avec 935 animaux tués et il va commencer cette année à pêcher des baleines à bosse, pourtant peu répandue, avec un objectif initial de 50 cétacés.

Une vaste zone considérée par l'Australie comme son territoire en Antarctique, a été sanctuarisée par Canberra mais le Japon n'en a cure. "On peut dire que c'est la plus importante migration animale de la planète", a affirmé à l'AFP, Mick McIntyre, directeur Asie-Pacifique du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW).

"Entre 3.000 et 6.000 baleines parcourent environ 6.000 km. Les Japonais vont les attraper à leur retour en Antarctique et l'impact sera vraiment dramatique", avertit-il.

Lors de la prochaine réunion de la CBI, Tokyo devrait une nouvelle fois essayer d'obtenir une reprise de la chasse commerciale, affirmant que les stocks de baleines se sont suffisamment renouvelés en 19 ans de moratoire.

Ce que contestent les experts, qui ont affirmé que la population des baleines à bosse ne montraient pas de signe d'accroissement.

Pour parvenir à ses fins, le Japon est également accusé par ses détracteurs de marchander ses aides financières à des pays insulaires du Pacifique, en échange de leur soutien. La semaine dernière, le ministre australien de l'Environnement, Ian Campbell, a justement fait une tournée dans trois de ces petites îles pour tenter de les détourner des sirènes nippones.

Le compte ne devrait toutefois pas y être pour le Japon car l'abandon du moratoire sur la chasse commerciale aux baleines nécessite l'approbation des deux tiers des 66 pays membres de la Commission baleinière internationale.

Chasse à la baleine: la Nouvelle-Zélande espère une défaite du Japon

Le ministre néo-zélandais de l'Environnement, Chris Carter, a dit mardi espérer que le Japon ne parviendra pas à faire adopter une reprise de la chasse commerciale à la baleine lors de la prochaine réunion de la Commission baleinière internationale (CBI).

Le Japon mène campagne auprès de ses alliés pour qu'ils décident de mettre un terme à un moratoire vieux de vingt ans, lors de réunion annuelle de la CBI, qui s'ouvre vendredi aux îles St Kitts (Caraïbes). Selon des informations de presse, les Japonais pourraient disposer d'une majorité au sein de l'organisation.

Chris Carter a estimé que la victoire de Tokyo n'était pas assurée malgré l'adhésion à la CBI de nouveaux pays alliés comme le Guatemala, les îles Marshall ou le Cambodge.

L'an dernier, le Japon avait reçu le soutien de plusieurs petits pays pauvres mais certains n'étaient pas venus à la réunion de la CBI pour voter, empêchant le Japon de réunir une majorité, a-t-il précisé.

L'Australie et la Nouvelle-Zélande mènent campagne, notamment auprès des petits pays insulaires du Pacifique Sud, pour que le moratoire soit maintenu.

"Le réunion de la CBI pourrait être cruciale pour l'avenir des populations de baleines" a déclaré Chris Carter, reconnaissant cependant que le Japon, important pourvoyeur de fonds des îles du Pacifique, semblait avoir l'avantage. Le Japon continue à chasser la baleine sous couvert d'une clause du moratoire autorisant la "recherche scientifique" mais Tokyo aimerait pouvoir davantage accroître ses prises grâce à une reprise pure et simple de la chasse commerciale.

Les autorités nippones affirment que le moratoire a désormais fait son effet et que certaines espèces de baleines sont en assez grand nombre pour une reprise de la pêche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yellowstone
Louve Alpha
avatar

Féminin Nombre de messages : 844
Age : 31
Animal favori : loup
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: Re: IFAW Actualités   Jeu 15 Juin - 11:26

Le Japon va essayer à Saint-Kitts de supprimer le moratoire sur la baleine

Le Japon devrait une nouvelle fois essayer d'obtenir une reprise de la chasse commerciale des baleines lors de la réunion annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI) qui va s'ouvrir vendredi à Saint-Kitts-et-Nevis (Caraïbes), au grand dam des écologistes.

Ces derniers redoutent que le Japon n'obtienne une majorité des voix pour mettre un terme au moratoire imposé en 1986 sur la chasse commerciale des baleines considérées comme une espèce menacée.

Lors de la réunion de la CBI l'année dernière en Corée du Sud, la proposition du Japon de mettre fin au moratoire avait été rejetée d'une courte majorité.

Les écologistes craignent également qu'à l'occasion de cette rencontre, qui a lieu du 16 au 20 juin, Tokyo supprime le statut d'observateur accordé à l'organisation écologiste Greenpeace au CBI et introduise un système de vote à bulletins secrets.

"Tout le monde pensait que (...) ces animaux étaient protégés", dit Joshua Reichert, directeur du programme "environnement" au centre Pew Charitable Trusts.

"Nous avions gagné une bataille mais nous sommes en train de perdre doucement la guerre", déplore-t-il.

Le Japon, la Norvège et l'Islande font valoir que le moratoire a largement rempli son rôle, affirmant que les stocks de certaines espèces de baleines se sont suffisamment renouvelés.

Le Danemark, soutenant ses territoires d'outre-mer (Groenland et Iles Féroé), votera en faveur d'une reprise limitée de la chasse commerciale à la baleine.

Alors que la viande de baleine est très appréciée sur les tables japonaises, Tokyo utilise une faille du moratoire pour continuer ses prises sous couvert de recherche scientifique mais aimerait pouvoir accroître ses prises.

Au total, les pays pratiquant la chasse aux cétacés capturent environ 2.000 baleines par an.

L'abandon du moratoire sur la chasse commerciale aux baleines nécessite l'approbation des deux tiers des 66 pays membres de la CBI.

L'Australie est le fer de lance des pays antichasse qui ont récemment accusé le gouvernement nippon et les autres pays baleiniers d'acheter les voix des petits Etats insulaires des Caraïbes ou du Pacifique, pour qu'ils votent en faveur de la reprise de la chasse commerciale en échange d'aides financières.

Le mois dernier, le ministre australien de l'Environnement, Ian Campbell, a fait une tournée dans trois de ces petites îles du Pacifique (Kiribati, les îles Marshall et Vanuatu) pour tenter de les détourner des sirènes nippones.

Les nouveaux adhérents au CBI, le Guatemala, les îles Marshall et le Cambodge, qui n'ont pas une grande tradition de chasse à la baleine, devraient voter avec le Japon.

Mais le ministre néo-zélandais de l'Environnement, Chris Carter, a estimé mardi que la victoire de Tokyo n'était pas assurée malgré l'arrivée de ces pays.

Israël a également adhéré à la CBI. Il est généralement considéré comme un allié des Etats-Unis qui sont opposés à la reprise de la chasse aux cétacés.

"Ca va être un vote serré. Cela va dépendre de qui sera présent physiquement et qui sera à jour de ses cotisations", estime Buffy Baumann, de Greenpeace.

Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) a lancé une campagne. "A vos marques, prêts... action", peut-on ainsi lire sur une affiche montrant une baleine bondissant majestueusement hors de l'eau, non loin de la silhouette menaçante d'un chasseur armé d'un harpon.

"Tous les arguments développés dans la campagne +Sauvez la baleine+ n'ont plus de raison d'être", dit de son côté Gavin Carter, un conseiller pour l'industrie nippone de la baleine, basé aux Etats-Unis.

"La baleine est sauvée. La question qui se pose aujourd'hui, ce n'est pas comment sauver la baleine mais comment nous devons gérer les stocks de baleines", estime-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yellowstone
Louve Alpha
avatar

Féminin Nombre de messages : 844
Age : 31
Animal favori : loup
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: Re: IFAW Actualités   Lun 19 Juin - 12:18

Le Japon rate de peu le vote pour la reprise de la chasse à la baleine




Le Japon a échoué de peu samedi à obtenir un vote favorable à la reprise de la chasse commerciale à la baleine, stoppée depuis la mise en place d'un moratoire en 1986.

Une motion japonaise qui aurait autorisé plusieurs communautés côtières à mener des chasses commerciales à petite échelle de la baleine de Minke, un petit rorqual, a été écartée par 31 voix contre 30 au second jour de la réunion annuelle de la Commission internationale baleinière (CBI) à Frigate Bay, dans les Caraïbes.

Si la motion avait été acceptée, cela aurait été une énorme victoire symbolique pour le Japon, mais la chasse à la baleine commerciale n'aurait pas pu reprendre, car la levée du moratoire exige une majorité des trois quarts.

La motion japonaise a été mise en échec grâce à l'abstention de la Chine, des Iles Salomon, du Guatemala, de Kiribati et de la Corée du Sud.

Le Japon soutient que les pays hostiles à la chasse à la baleine, comme l'Australie, la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande, mènent la CBI dans l'impasse et pervertissent sa charte originelle, qui est de gérer les stocks de baleines afin que la chasse en soit possible.

Selon Tokyo, la prise de 150 baleines de Minke par an dans la mer d'Okhotsk et dans le Pacifique occidental diminuerait la pauvreté des populations côtières de ces régions, qui pratiquent la chasse d'une manière à peine différente des populations indiennes ou laponnes. Ces dernières sont autorisées par la CBI à chasser la baleine.

Mais les pays hostiles à la chasse à la baleine, menés par la Nouvelle-Zélande, se sont opposés au plan japonais, estimant que son application ramènerait la cause de la conservation des baleines à 1946, année où la CBI a été créée pour éviter l'extinction de l'espèce.

La motion japonaise "est une tentative pour ouvrir la voie à une chasse commerciale à la baleine et le Royaume-Uni ne peut pas soutenir cela", a déclaré la représentante britannique de la CBI, Ruth Thirkettle.

Le représentant américain, Bill Hogarth, a ajouté: "Je ne peux pas soutenir l'idée d'un quota pour la chasse commerciale de la baleine en ce moment".

En marge de la réunion de la CBI, le ministre australien de l'Environnement Ian Campbell a en outre dénoncé les chasses japonaises à la baleine comme "inhumaines" et "dégoûtantes".

Dévoilant un nouveau rapport sur les massacres de ces cétacées commis dans le cadre de chasses "scientifiques" menées avec l'autorisation de la CBI, mais contre l'avis des pays militant en faveur de la conservation du cétacé, M. Campbell a déclaré: "Voici comment le Japon collecte de la viande de baleine au nom de la science, la ramène au Japon, la conserve dans ses entrepôts, essaye d'y faire goûter des écoliers, essaye maintenant aussi d'en donner à manger aux personnes âgées, et nous savons aussi à partir de quelques témoignages qu'ils nourrissent des chiens avec".

"C'est quelque chose d'horrible... c'est absolument effrayant, c'est mal et ça doit cesser", a déclaré le ministre australien.

Le Japon a immédiatement démenti qu'il nourrissait des chiens avec les excédents de viande de baleines, ou qu'il incitait les écoliers et personnes âgées à en manger pour des raisons politiques.

Il a aussi démenti que ses méthodes de chasse étaient inhumaines.

Les baleines sont tuées "de la manière la plus humaine possible, c'est prouvé par la science", a déclaré le représentant japonais, Joji Morishita.

"Je me demande seulement si le ministre sait combien de temps il faut à un kangourou pour mourir dans son pays ?", a-t-il ajouté perfidement, faisant allusion à la réputation de nuisance qu'ont ces animaux en Australie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yellowstone
Louve Alpha
avatar

Féminin Nombre de messages : 844
Age : 31
Animal favori : loup
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: Re: IFAW Actualités   Mar 20 Juin - 17:25

Baleines: première victoire des partisans de la chasse à la baleine

Les partisans de la reprise de la chasse commerciale à la baleine ont remporté une première victoire dimanche à la réunion annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI) à Frigate Bay en adoptant une résolution jugeant que le moratoire de 20 ans sur la chasse commerciale n'était "plus nécessaire dorénavant".

Cette résolution non contraignante, qui n'entraîne pas une levée du moratoire, a recueilli 33 voix pour, 32 contre et une abstention. Elle a été proposée par St Kitts et Nevis, le pays hôte qui accontrer que les pays en faveur de la levée du moratoire sur la chasse commerciale sont désormais plus nombreux que les pays qui lui sont hostiles au sein dueille cette année la réunion de la Commission baleinière internationale.

Pour la levée du moratoire, une décision à la majorité qualifiée de 75% des voix est requise.

Les pays protecteurs de la baleine ont qualifié de "tragique" le résultat du vote qui constitue la plus sévère défaite essuyée en 20 ans de campagne anti-chasse.

"C'est la plus grave défaite pour la cause de la conservation jamais subie devant la Commission baleinière internationale", a déclaré à l'AFP le ministre néo-zélandais de l'Environnement, Chris Carter.

"Il s'agit du revers le plus important que nous encaissons depuis l'entrée en vigueur du moratoire", a déclaré, au bord des larmes, l'avocate Kitty Block, militante de la protection de la nature pour l'organisation Humane Society International.

Le Japon, qui est à la tête des pays qui font campagne pour la reprise de la chasse commerciale à la baleine, affichait son triomphe, fruit d'une longue campagne diplomatique pour faire abandonner le moratoire.

"C'est une importante victoire diplomatique pour le Japon, une victoire historique", a déclaré Glenn Inwood, porte-parole de la délégation japonaise.

"Il s'agit du premier revers sérieux jamais subi par le moratoire global. Ce n'est plus qu'une question de temps avant de le faire disparaître complètement", a estimé le porte-parole.

La résolution proposée par le pays hôte de la CBI, St Kitts et Nevis, déclare que "le moratoire, qui avait été clairement conçu comme mesure temporaire, n'est plus nécessaire".

Le Japon observe le moratoire, mais effectue, tout comme l'Islande, des pêches de baleines pour la "recherche scientifique", au grand dam des écologistes. La Norvège a pris le parti d'ignorer le moratoire. Ces trois pays prélèvent globalement 2.000 baleines par an.

Les pays des Caraïbes se sont rangés aux côtés de ces trois pays, accusant les pays riches occidentaux d'hyprocrisie et de discrimination aux relents colonialistes.

La représentante de Grenade, Clarice Charles, a ainsi évoqué le spectre de l'esclavage, expliquant qu'"autrefois, on nous disait ce que nous devions manger. On donnait aux esclaves des poissons en saumure à manger quand la mer regorgeait de poissons".

"Nous avons le droit d'utiliser nos ressources halieutiques pour nourrir et faire vivre notre population", a-t-elle déclaré.

Le Japon a qualifié lundi de "grand pas" la résolution adoptée par la Commission baleinière internationale (CBI) en faveur d'une reprise de la chasse commerciale à la baleine, tout en jugeant "prématuré" de crier victoire.

"Il est prématuré d'affirmer que le moratoire a été abrogé", a commenté Hideki Moronuki, chef du département baleinier à l'Agence gouvernementale des Pêches, interrogé par l'AFP.

"Certes, si le moratoire avait été véritablement supprimé, nous serions les premiers à nous réjouir. Mais il faudra attendre encore un petit peu", a ajouté M. Moronuki.

"Nous avons simplement fait un grand pas vers la normalisation de la Commission baleinière internationale. Il s'agit seulement d'un préambule à ce que sera, espérons-nous, une restauration complète de la Commission qui lui permettra d'effectuer correctement son travail conformément aux réglementations internationales", a expliqué le responsable japonais.

Le Japon espère utiliser la résolution, connue sous le nom de déclaration de Saint-Kitts-et-Nevis, comme une arme politique pour démontrer que les pays en faveur de la levée du moratoire sur la chasse commerciale sont désormais plus nombreux que les pays qui lui sont hostiles au sein de la CBI, une organisation créée en 1946 qui regroupe 70 nations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yellowstone
Louve Alpha
avatar

Féminin Nombre de messages : 844
Age : 31
Animal favori : loup
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: Re: IFAW Actualités   Jeu 22 Juin - 15:14

L'Amérique du Nord est une fois de plus arrivée dans la saison cyclonique. Quatre à six ouragans de grande ampleur ont été annoncés pour cette année par les experts météorologistes américains ; cela signifie qu'un nouveau danger menace des milliers d'animaux de compagnie.

Selon les Services de Santé publique américains, si une tempête tropicale devait frapper les 12 agglomérations côtières de Louisianne cet été, plus de 400.000 résidents seraient forcés d'évacuer, et 137.000 animaux de compagnie auraient besoin d'être abrités, ce qui dépasserait largement les capacités d'accueil des refuges locaux. Et tout cela ne représente qu’une petite partie d'un état.

Aidez-nous à sauver des milliers d'animaux de compagnie et à leur épargner le prochain ouragan Katrina

Une étude publiée cette semaine par Harris Interactive a permis de conclure qu'un tiers des habitants du Golfe du Mexique et de la Côte Est interrogés déclarent ne pas savoir comment protéger leur famille et leur maison en cas d'ouragan. Qu'en est-il donc de leurs animaux ?

L'an dernier, IFAW a entrepris des opérations de recherche au porte-à-porte et de secours aux animaux dans les zones dévastées par l'ouragan Katrina, où les personnes évacuées étaient forcées d'abandonner leurs animaux de compagnie. Nous avons pu sauver et reloger des milliers d'animaux, et réunir des centaines de personnes avec leurs compagnons à quatre pattes.

Nous serons là une fois de plus pour les animaux lorsque la prochaine catastrophe naturelle ou environnementale frappera. Cependant, il est essentiel que nous agissions maintenant pour nous assurer que nos animaux seront en sécurité lorsque la prochaine urgence se fera sentir.

Assurons-nous qu’aucun animal n’est abandonné – avant que la prochaine tragédie ne frappe.

Après la destruction massive occasionnée par une tragédie à grande échelle telle qu’un tsunami ou un tremblement de terre, les animaux de compagnie ne sont pas les seuls animaux qui doivent être sauvés. Dans de nombreuses régions du monde, le bétail peut être la seule source de revenus d’une personne.

C’est pourquoi lorsque vous soutenez le Réseau d’interventions d’urgence d’IFAW, vous donnez également un nouvel espoir aux victimes de catastrophes naturelles telles que le tremblement de terre qui a eu lieu récemment en Indonésie et qui a tué plus de 5.000 personnes.

Votre soutien permet d’envoyer des équipes de secours aux animaux qui travaillent avec le réseau CARE (Center for Animal Rescue and Education, Centre de secours et d’éducation des animaux), une organisation locale basée à Yogyakarta, en Indonésie, afin qu’elles puissent fournir des soins médicaux et des aliments aux animaux déplacés. Il permet d’évacuer des animaux en danger sur les pentes du volcan Mérapi, en Indonésie, où plus de 10.000 personnes ont été évacuées dernièrement. Il réhabilite des centaines de manchots sauvés d’une marée noire en Argentine au mois de mai.

Si nous voulons protéger efficacement les animaux que nous aimons, il est temps de mettre en œuvre un plan bien avant qu’une tempête ne s’annonce. Aidez-nous à nous assurer que la prochaine tempête ne provoquera aucun abandon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IFAW Actualités   

Revenir en haut Aller en bas
 
IFAW Actualités
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dans l'actualité aujourd'hui: braquage dans une bijouterie à Paris
» [fil d'actualités à chaud] La fédération de Russie
» Actualités au MAROC
» actualité: casse chez Harry Winston: 14 millions de bijoux retrouvés
» Un sujet d'actualité en ce moment... 2000-2010, 10ans d'augmentations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yellow Stone En Action :: Dénonciation :: Actualité-
Sauter vers: