Pour le défense des animaux et de la Nature !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Gavage des oies

Aller en bas 
AuteurMessage
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Gavage des oies   Lun 2 Mai - 22:48

lasource de tout ce topic est le site de one voice http://www.onevoice-ear.org

Gavage à la chaine

Du foie gras à moins de 10 €. Il n’est pas rare d’en trouver dans les rayons des grandes surfaces. Mais pour que « le luxe soit à la portée de tous », que de souffrances endurées par les animaux.

Usines
Contrairement à ce que les consommateurs sont invités à croire, le gavage des canards se fait essentiellement au sein d’usines de production, ou des milliers d’animaux sont gavés industriellement par des machines. La fermière qui gave manuellement ses canards « heureux » dans le Sud-Ouest est une image d’Epinal, puisqu'une bonne partie de la production vient de centrales des départements de l’Ouest de la France.

Cruel
Mais où qu’il soit pratiqué, mécanique ou manuel, le gavage est cruel et il est dénoncé par le Conseil de l’Europe.
Pour les animaux, outre la souffrance engendrée par le gavage, vient s’ajouter les pénibles conditions de mise à mort.


Un concentré de souffrances

Femelles éliminées
Tout d'abord, le foie gras conduit à la mort des millions de canettes. Les jeunes femelles sont tuées à la naissance, ce en raison d'une réglementation de 1996 qui veut que seuls les canards mâles soient gavés. Car les mâles font, paraît-il, un foie de meilleure qualité. Elles sont éliminées comme les jeunes poussins mâles dans l'industrie avicole : mises vivantes sur des tapis roulants jusqu'à un broyeur, ou parfois, étouffées dans des grands sacs. Des vidéos ont été tournées, en caméra cachée, où l'on voit ces animaux se traîner, agonisants, sur des cadavres.

Gavage
Une fois adultes, après un prégavage d'une dizaine de jours, servant à dilater l'œsophage du palmipède (400 g/jour pour un canard, 700 pour une oie), on entame la phase de gavage précédant la mort : 15 jours pour un canard, de 18 à 24 pour une oie. Les oies reçoivent environ 900g par jour, en 3 à 5 séances (rarement 5). Les canards mulards, hybrides stériles issus essentiellement de canards de Barbarie et de canes colvert représentent 95% des canards gavés (seulement 5% de "Barbarie" purs). Ils sont engraissés avec 800g journaliers voire un peu plus, en deux fois. Même en France, les élevages en grande majorité utilisent des systèmes industriels, électriques ou électro-pneumatiques. Un canard mulard se voit injecter un demi-kilo de maïs humide en cinq secondes ! L'équivalent de 12 kg de spaghettis arrivant dans notre estomac en 5 secondes, deux fois par jour.

Abattage

À l'abattage, il faut faire saigner l'animal rapidement et totalement pour éviter les traces de sang sur le foie, car il aurait alors moins de valeur, mais l'étourdissement préalable par électronarcose n'évite pas les souffrances. Les animaux sont suspendus par les pattes et plongés dans un bain d'eau électrifiée. Ils se débattent convulsivement pendant cette phase, et parfois encore après, au moment d'être égorgés.



Dernière édition par le Ven 24 Juin - 20:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: Gavage des oies   Lun 2 Mai - 22:54

stress à répétition

Les animaux ne sont pas seulement malades. Ils souffrent aussi de troubles du comportement. Des éthologistes (spécialistes du comportement), tel le professeur René Dayan (faculté d'agronomie, Université Catholique de Louvain) ont prouvé qu'il cause de la souffrance, c'est-à-dire "une réduction critique d'un état subjectif de l'animal qu'on appelle son degré de bien-être". Comme celui-ci résulte de la satisfaction d'un certain nombre de besoins de base, leur absence partielle ou totale amène cette souffrance qui découle, en plus, de stimuli causant la douleur et le stress.

Privations
Pour les palmipèdes gavés, les insatisfactions ne manquent pas, et les stimuli négatifs abondent : la souffrance est indéniable. La première des privations est celle des besoins comportementaux : les activités naturelles ne sont pas possibles pendant la phase de gavage, les conditions d'hébergement étant incompatibles avec le bien-être des palmipèdes pour les raisons suivantes : le confinement dans des cages de batterie qui peuvent être encore inférieures à celles des poules : 25 cm par 15. Dans ces 375 cm2 il est impossible à l'animal de bouger, sans parler d'étendre une aile. Un canard n'y est pas seulement gêné mais aussi blessé, notamment au cou quand il dépasse de la cage. Et quand ils deviennent plus gros, certains ne peuvent même plus passer la tête au travers, ce qui les oblige à vivre constamment courbés.

Surpopulation
La surpopulation, quand ils sont dans des "parcs collectifs" de gavage, c'est-à-dire 15 à 18 sur 3 m2, occasionne du stress, de l'agressivité et des coups de becs. Comme pour les poulets, les canards sont débéqués à l'âge de 2 semaines. Pour des facilités de manipulation, on leur arrache également les griffes des pattes qui ne repousseront plus. Le bec d'un canard est son principal organe sensoriel, il s'en sert normalement pour percevoir les aliments sous l'eau. Le débécage restera extrêmement douloureux toute sa courte vie. Ces pratiques de mutilations existent dans tous les élevages, même les élevages dits traditionnels.

Manque d'eau
D'autres privations leur sont imposées. Ainsi, l'absence d'eau, car même en prairie avant gavage, il est impossible de nager et de nettoyer correctement son plumage (il reste desséché car le graissage naturel des plumes ne peut se faire). Le fait de devoir manger et boire passivement leur est pénible, car le nourrissage de force ne prend que peu de temps, alors que dans la nature ou en basse-cour, ils passent plus du tiers de leurs journées à la recherche de nourriture.

Nourriture
Puis vient la privation des besoins physiologiques, car la nourriture (poudre de maïs cuit et salé mélangée à de l'eau) qu'on leur fait ingurgiter n'est pas une alimentation équilibrée. Les palmipèdes ne la mangeraient pas d'eux mêmes, en tous cas pas dans de telles quantités. Car il n'y a pas d'autogavage, sauf chez des individus dont on a détruit une partie du cerveau. Le choix, spontané ou appris, des aliments adéquats pour la santé, ne peut plus s'effectuer.

Absence de contacts
La privation des besoins sociaux est particulièrement grave, car il s'agit d'espèces grégaires cherchant à former des groupes stables où existe la coopération. Le gavage leur fait vivre une existence où la recherche de contacts est totalement faussée. Il n'y a aucune possibilité de contacts avec les congénères visibles au travers des barreaux, ce qui entraîne une frustration des relations affiliatives et de leurs manifestations, toilettage mutuel notamment.


Conflit émotionnel
Les élevages n'étant composés que de mâles, il y a privation de relations avec les femelles, relations d'autant plus importantes qu'elles s'opèrent chez des espèces à formation de couple stable, fidèle : cela cause un stress social manifeste. Il y a une grave atteinte au comportement due au processus d'imprégnation filiale : dans les premières heures de leur vie, les oisons et canetons s'attachent aux premiers individus qu'ils voient, à savoir des humains : il y a dépendance affective à ces "faux parents" vers lesquels ils se précipitent volontiers. Mais cette tendance est progressivement contrariée par les douleurs croissantes dues au gavage, occasionnant des réponses de fuite très parlantes. Le conflit émotionnel est intense : on veut aller vers les humains et fuir les gaveurs. Cela devient une réelle anxiété.

Douleur
Et il y a la douleur elle-même, celle liée aux maladies et les souffrances qui viennent des récepteurs sensoriels de la bouche et du gosier, blessés par les passages répétés de l'embuc ou de l'aliment brûlant, mais aussi de l'élargissement de la rate et du foie, pressant sur d'autres organes comme les poumons

Comportements anormaux

Enfin, le stress car : "Des perturbations de l'environnement répétées imposent à l'animal des mécanismes d'adaptation excessifs qui finissent par être dommageables pour sa santé", comme le souligne le Professeur René Dayan. Il y a stress ponctuel avec augmentation du rythme cardiaque et velléités de fuite, impossibles en cage, pour toutes les manipulations humaines et surtout au moment où le gaveur prend l'animal par le cou ou la tête pour le forcer à ouvrir le bec. Celui-ci s'agite fortement et manifeste, après le gavage, des comportements anormaux, essayant par exemple de tourner en remuant la tête. Le stress apparaît dès le premier jour de la vie, lors du transport depuis l'élevage du "naisseur", en train ou camion, sans eau ni nourriture. "Le stress répété que subissent les canards explique une large proportion des 4 à 10 % des cas de mortalité qui sont constatés jusqu'à l'abattage" commente René Dayan.


Dernière édition par le Ven 24 Juin - 20:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: Gavage des oies   Ven 24 Juin - 14:05

Choses vues chez les gaveurs

Canards haletants
Nous sommes le 8 décembre dans les Deux-Sèvres, il fait 7 degrés dans le hangar uniquement éclairé par quelques néons. Il est 18h, l'heure du gavage du soir, l'autre ayant lieu à 6 h. Sur les 560 canards que contient la salle, tous placés dans des boîtes plastiques exiguës empêchant tout mouvement, la moitié en est au 27ème gavage, le dernier. La plupart d'entre-eux sont en train de haleter, le bec grand ouvert : l'énorme foie comprime les poumons, surtout chez les oiseaux, qui n'ont pas de diaphragme.

Morts
Certains n'ont même plus la force de soulever la tête. Ce matin, trois ont été retrouvés morts. Leurs cadavres en ont rejoint d'autres dans un coin, à moins d'un mètre des vivants. Ce soir, l'éleveuse les trouve tous vivants, ce qui paraît lui être une heureuse surprise. Elle tâte les jabots pour ne pas "trop forcer" en ce dernier jour avant l'abattage. Un canard presque mort peut encore "donner son foie", mais "ceux qui ne tiennent pas le choc" signifient une perte d'argent.

Vis sans fin
Toutefois le lendemain matin deux autres sont mort, avant même le dernier voyage de 500 mètres vers la salle d'abattage. L'éleveuse reconnaît que si une fois elle n'a eu qu'une seule perte, une autre fois elle en a comptabilisé plus d'une vingtaine. Les doses à ne pas trop dépasser, elle connaît pourtant bien tout cela car elle gave depuis 15 ans déjà. Elle a des gestes sûrs, précis, pour sortir du panier en plastique la tête du palmipède apeuré et pour ouvrir son bec. Elle introduit le long tuyau de l'entonnoir, déformant le cou et même l'œsophage au passage. Elle appuie sur une manette qui met en route le moteur actionnant la vis sans fin au milieu de l'entonnoir, et les gros grains de maïs entiers légèrement cuits dans l'eau chaude sont poussés en avant.

Prostrés
Presque tous les canards se débattent avec énergie pendant ce temps-là, bien inutilement dans leur étroit casier de plastique. Presque tous secouent ensuite vigoureusement la tête, et l'un d'eux arrive même à expulser ainsi une dizaine de grains vers le sol déjà jonché d'autres grains baignant dans un ou deux millimètres d'eau sale, et parfois une mare de fientes - "La fosse doit être pleine." Ils ont tous de quoi boire, mais aucun n'en profite après le gavage. Certains dressent encore la tête, toujours haletants, mais la plupart sont prostrés.

Saleté

Dans la rangée suivante, un canard tape à grands coups de bec ("c'est pour cela qu'ils sont partiellement débecqués") sur son voisin souffre-douleur, mais ceux-là n'ont pas encore eu leur ration biquotidienne. Ils sont tous très sales, incapables de faire leur toilette pour la partie arrière du corps, couverte systématiquement d'éclaboussures de fientes. À part deux rangées le long des murs, ils sont disposés dos à dos et s'éclaboussent les uns les autres en faisant leurs besoins, même s'il existe en-dessous une sorte de rigole pour recueillir le plus gros. Tout cela disparaîtra au dernier "bain", dans l'eau bouillante après l'égorgement, et ne se verra évidemment pas au niveau des consommateurs. En attendant, dans leur carcan de plastique, ils ne peuvent pas bouger du tout, ni même atteindre leur glande uropygienne, située à la base du croupion ; sinon ils le feraient régulièrement pour s'enduire de cette sécrétion qui sert à maintenir l'imperméabilité du plumage.

Camion
Le lendemain matin, les fermiers, leur famille (enfants y compris) et des employés sont là très tôt. On démonte donc les cages plastiques des supports, l'ensemble étant largement éclaboussé de fientes, et on les entasse dans un camion. Direction une unité d'abattage et de préparation de foie gras et de produits dérivés, située à seulement quelques mètres.

Etourdissement

Les canards sont débarqués dans une pièce carrelée de blanc. Là, la fermière les sort un par un et les approche d'un mur où se trouve vissé un système d'étourdissement électrique. Elle leur enfonce la tête à l'intérieur, puis le courant passe. C'est la méthode préconisée officiellement, obligatoire parce que considérée comme "humaine", celle qui leur évite d'être égorgés en pleine conscience comme dans un abattage rituel.

Cônes de signalisation

Chaque animal se débat sous l'influence du courant. Puis elle les retire et les enfonce la tête en bas dans un système-maison formé de trois cônes de signalisation routière d'où dépasse la tête pendante de l'animal, affirmant que ça convient très bien. Elle enfonce alors son couteau dans le bec ouvert du canard et sectionne les carotides qui sont sous la langue, précisant que c'est aussi facile que de couper le cou : "Chacun sa technique !". Le sang s'écoule alors à gros bouillons dans un des trois seaux se trouvant sous l'engin.

Hématome
Le surlendemain, après l'abattage, a lieu la découpe et à la préparation des différents morceaux - aiguillettes, cuisses, magrets, manchons. Un des cadavres sortis de la chambre froide a une aile injectée de sang - presque un hématome d'un bout à l'autre – et le patron dit qu'il faut "déclasser" cette aile car elle n'est pas commercialisable. Il explique : "vous avez vu qu'ils sont dans des logettes plastiques très étroites. L'aile a dû se retourner et rester coincée ainsi."

La Pologne dit non

La Diète polonaise (le Parlement) a adopté en 1998, une loi sur la protection des animaux qui est entrée en vigueur en 1999. Texte où l'on trouve notamment l'interdiction de l'élevage et de l'engraissement des canards et des oies pour la production de foie gras.



Dernière édition par le Ven 24 Juin - 20:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: Gavage des oies   Ven 24 Juin - 14:09

Un rapport accusateur

Le rapport par lequel le scandale est arrivé. Le 16 décembre 1998, le Comité scientifique pour la santé et le bien-être des animaux de la Commission européenne publie une enquête sur la production de foie gras. 93 pages qui concluent que le gavage est néfaste au bien être des animaux. C'est grâce à ce texte que la Commission européenne a pris des dispositions encadrant mieux cette pratique.

Maladie
Il est mentionné que le grossissement du foie est bien une affection pathologique (une maladie induite mais une maladie quand même), ce qui est confirmé par le fait que les palmipèdes mourraient si le gavage se poursuivait, ne serait-ce que quelques jours de plus. Il note que le nourrissage par gavage fait souffrir les oies et canards puisqu'ils éprouvent de l'anxiété, du stress et de la douleur.

Décès en grand nombre
Il indique que les animaux subissent des fractures (de 30 à 70%) et que les cages individuelles sont à bannir à cause du grand inconfort qu'elles engendrent. Il souligne, en outre, que le taux de mortalité est très élevé : les décès avant l'abattage peuvent aller jusqu'à 15%, mais la moyenne les fait tourner entre 2 et 4%, ce qui est déjà 10 à 20 fois supérieur à la "norme" d'environ 0,2% pour des palmipèdes équivalents mais non gavés.

Critique
Ce texte, très critique, a été élaboré par des scientifiques, dont plusieurs Français. Il a immédiatement suscité l'inquiétude des producteurs. Ainsi, en page 52, il est écrit "Comme les Français, en nombre croissant, deviennent concernés par le bien-être animal, il semble probable que les ventes de foie gras seront affectées. […] Si aucune action reconnue du public n'est prise en vue d'améliorer le bien-être des animaux, un déclin lent ou rapide des ventes de foie gras est possible." Le rapport ne demande pas l'interdiction pure et simple du gavage, craignant que cela ne conduise à l'émergence d'un marché noir. En revanche, il réclame, au minimum, que le gavage industriel avec des machines soit prohibé.


Dernière édition par le Ven 24 Juin - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: Gavage des oies   Ven 24 Juin - 20:08

Rendus volontairement malades

Développer un foie "gras" par gavage est en soi une maladie. Elle est appelée techniquement une stéatose hépatique nutritionnelle, processus pathologique donnant une hépatomégalie (c'est-à-dire un foie énorme) et se transformant en hépatonécrose, mortelle. Les animaux doivent donc être tués avant d'atteindre le stade où la maladie les emporte, stade où le foie peut aussi devenir "friable". Perdant ainsi ses qualités et n'étant alors plus commercialisable, il détermine les dates d'abattaimal.

Autres affections

Cette maladie est entourée d'un cortège d'autres, auxquelles il faudrait encore ajouter les maladies aviaires habituelles se développant fréquemment dans les élevages. Les affections hépatiques proprement dites, en plus de l'hépatomégalie, comprennent : les périhépatites (lésions liées à des phénomènes inflammatoires) ; les nécroses (d'origines diverses : infectieuse, toxique et circulatoire) ; des troubles circulatoires associés à une forte hypertension (insuffisance cardiaque ou rénale) ; l'encéphalohépatie (mouvements de cerclage, crises épileptiformes, augmentation de la pression intracrânienne débouchant sur migraines, stupeur, coma et mort) ; l'insuffisance hépatique (troubles fonctionnels divers, associés ou non : anémie, métaboliques, de la circulation, sécrétoires donnant des gastro-entérites, des ictères…). Il s'agit de lésions de stéatonécrose arrivant en fin d'évolution, généralement irréversibles et condamnant l'animal.« Tout ceci prouve qu'il ne s'agit pas là d'un processus normal mais d'un processus pathologique » souligne le docteur vétérinaire Yvan Beck.

Lésions diverses
En plus des atteintes faites au foie lui-même, il y en a beaucoup d'autres, souvent mortelles : lésions provoquées par la pratique du gavage : mal de cou (vers le haut, par introduction trop brutale de l'embuc), mal de jabot (plus bas, perforation de l'œsophage lors du passage de l'embuc, brûlures à cause du maïs trop chaud), asphyxie quand le maïs passe accidentellement dans la trachée, nécroses de fin de gavage, accès de convulsion et mort rapide à la suite de crises d'hypoglycémie (souvent à la suite d'interruption d'alimentation en cours de gavage, le dimanche par exemple !), morts subites par hémorragie hépatique sous l'effet de stress ou de bousculades. Il existe aussi des accidents dus aux mauvge où l'éleveur a le plus de chance d'obtenir une taille optimale avant la mort de l'anaises conditions de détention : blessures aux pattes sur caillebotis.

Infections secondaires

Il existe aussi d'autres maladies induites directement par le gavage, car les modifications du mode et du type d'alimentation constituent un stress énorme pour l'organisme. Les infections secondaires, appelées "germes de sortie", sont donc le tribut à payer pour pousser la productivité : les parasites (verminoses intestinales) ; les champignons ; les infections bactériennes (entérites, maladies respiratoires, choléra). Ces maladies sont traitées par divers médicaments qui, donnés peu de temps avant l'abattage, laissent des résidus chimiques.
Au terme du gavage, les animaux ont presque doublé de poids, leurs muqueuses et leur peau ont pâli, leur plumage est collé par un enduit gras, leur démarche est difficile, leur abdomen est très lourd et leur respiration haletante car les sacs aériens sont compressés, les oiseaux n'ayant pas de diaphragme. Si le gavage continue, les animaux se couchent à bout de force, asphyxiés, pour mourir." thèse du docteur vétérinaire Castets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: Gavage des oies   Ven 24 Juin - 20:25

Vers une interdiction de la production ?

L'Europe s'est emparée du dossier du foie gras. Sous la pression conjuguée des associations de protection animale et des pays du Nord, plus sensibilisés sur les questions du bien-être des animaux, des dispositions ont été adoptées en vue de mieux traiter les canards destinés à être gavés. Cela pourrait être le glas du foie gras industriel, en attendant une interdiction définitive du foie gras.

-
Interdiction des cages individuelles

A la suite d'un rapport sur le bien-être des oies et des canards destinés au foie gras, publié en 1998, le Conseil de l'Europe, en 1999, a rédigé une recommandation qui vise à interdire les cages de gavages individuelles. Concrètement au 31 décembre 2004, il ne sera plus possible d'en acquérir. Au 31 décembre 2010, ces cages devront être bannies de tous les centres de production.

Or, de l'aveu même des producteurs, ces cages, dites logements de gavage, représente plus de 87 % des installations en France. Ce qui fait dire à l'Institut Technique de l'Aviculture (ITAVI) : "Les conséquences de cette suppression seraient une pénalisation économique et une détérioration des conditions de travail."

Limitation des épandages
Par ailleurs, d'autres directives européennes imposent la limitation des épandages à 170 kg d'azote par hectare. Ce que déplore l'ITAVI. "Dans certains bassins de production, les surfaces d'épandage sont limitées et il devient donc très difficile d'obtenir des autorisations pour la création ou l'agrandissement d'un atelier d'élevage ou de gavage, souligne cette instance qui regroupe producteurs et administrations. De plus ces réglementations imposent la présence d'infrastructures de stockage et de collecte des déjections animales. Les coûts engendrés diminuent la marge des producteurs et la compétitivité des exploitations. Il existe également des problèmes environnementaux spécifiques au secteur du foie gras (problèmes de nuisances olfactives plus marqués que pour d'autres productions animales et gestion des parcours d'élevage)."

Aucune douleur inutile

Autre point important, une directive 98/58/CE du 20 juillet 1998 prévoit que « les États membres adoptent les dispositions pour que les propriétaires ou détenteurs prennent toutes les mesures appropriées en vue de garantir le bien-être de leurs animaux et afin d'assurer que lesdits animaux ne subissent aucune douleur, souffrance ou dommage inutile ». Or, comme le souligne la Commission européenne, ce texte s'applique à tout type d'élevage, y compris ceux d'oies et de canards en vue de gavage. Il est même souligné en annexe que « aucun animal n'est alimenté ou abreuvé de telle sorte qu'il en résulte des souffrances ou des dommages inutiles et sa nourriture ou sa ration de liquide ne doit contenir aucune substance susceptible de lui causer des souffrances ou des dommages inutiles».

Dans l'avenir
Pour l'instant, la portée de la directive est limitée par le fait que les États peuvent passer outre, si leur législation le permet. Mais certains pays européens font monter la pression pour que ce texte s'applique. D’ores et déjà, la Commission a indiqué que "Si cela s'avère nécessaire, la Commission présentera au Conseil des propositions adéquates en vue de la mise en œuvre uniforme au niveau communautaire de ces recommandations." Autrement dit, interdire la production de foie gras en Europe.

Les producteurs sont inquiets
Voici comment l'Institut Technique de l'Aviculture (instance regroupant producteurs et administration) analyse les revendications concernant le bien-être des animaux : "La production de foie gras n'échappe pas à la remise en cause actuelle des systèmes d'élevage, dont la rationalisation est souvent assimilée à une dérive industrielle, dans un contexte fortement marqué par la crise de l'ESB. Dans ce contexte nouveau, plusieurs types d'événements perturbateurs sont possibles, dont notamment le boycott ou l'interdiction de la production de foie gras au nom de la souffrance animale et, bien sûr, l'évolution de la réglementation concernant le logement des canards en gavage, qui pose la question de l'intérêt éventuel d'une segmentation de l'offre en fonction du mode de logement des canards."

Et comment il préconise d'en informer les consommateurs :

"Une étude qualitative a été réalisée auprès de deux groupes de personnes consommatrices de foie gras afin de mesurer l'importance de la prise en compte actuelle par le consommateur de la thématique " bien-être animal " dans ses choix de consommation. Cette étude qualitative, a permis de relativiser l'importance de la thématique bien-être animal dans l'image du foie gras et dans les comportements de consommation. Elle a également permis de formuler un certain nombre d'hypothèses pouvant éclairer les choix stratégiques des éleveurs dans le domaine de la communication sur le bien-être animal." [/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: Gavage des oies   Ven 24 Juin - 20:27

Le foie gras interdit en Californie à compter de 2012

La Californie renonce au foie gras. Le gouverneur de cet Etat, l’ancien acteur Arnold Schwarzenegger, a signé une loi, le 29 septembre 2004, interdisant la production et la vente de cet aliment à compter de 2012. Un bémol toutefois, ces sept années avant l’interdiction pourront être mises à profit par les producteurs afin de "développer et parfaire un moyen humain pour permettre à un canard de consommer du grain pour augmenter la taille de son foie par des moyens naturels".

Répit pour les producteurs
"Si les producteurs réussissent dans cette entreprise, l'interdiction de la vente et de la production du foie gras n'aura pas lieu", a souligné Arnold Schwarzenegger. Une brèche dans laquelle s’est engouffré la seule ferme à produire du foie gras en Californie. Elle a annoncé qu’elle profiterait de cette période pour "démontrer que la production de foie gras est sûre et propre".

Sanctions dissuasives

Reste que le texte de loi, s’il entre effectivement en vigueur aura pour conséquence d’interdire de produire du foie gras, mais aussi d’en importer, d’en vendre ou d’en proposer à la carte des restaurants. Les contrevenants s’engagent à des poursuites prévoyant 1.000 dollars par infraction constatée et 1.000 dollars par jour en cas de poursuite de la violation du texte.

Paul McCartney s’engage
Il est vrai que ce texte répond à la préoccupation des protecteurs des animaux dont les associations sont puissantes en Californie. Des célébrités telles que Paul McCartney, Martin Sheen ou Kim Basinger avaient appelé Arnold Schwarzenegger à signer la loi. Dans une lettre ouverte qu’elles lui avaient adressée ces stars dénonçaient : « le public a montré clairement son soutien pour interdire cette pratique inhumaine. Il n'y a vraiment rien d'humain dans le fait d'introduire mécaniquement de la nourriture dans le gosier d'un animal et de lui en faire consommer une telle quantité que son foie se développe nettement au-delà de sa taille normale.Il est inadmissible de soumettre des animaux à une telle torture uniquement pour produire un produit de luxe. »

Un contexte international favorable

Pour justifier l’adoption de ce texte, la Californie a mis en avant plusieurs textes scientifiques qui soulignent la souffrance causée aux animaux par le gavage. Parmi ces documents, figure le rapport du Comité scientifique sur la santé et le bien-être animal de la Commission Européenne. Il a aussi été avancé que l’Europe interdit désormais la production de foie gras hors des zones traditionnelles de gavage. Enfin, la décision prise par Israël d’interdire le gavage a également pesé.

Embarras en France
Cette décision californienne va mettre un peu plus dans l’embarras les producteurs français. En effet, ils violent les textes sur la protection animale pris tant en France qu’au niveau européen. De surcroît, de nouvelles normes d’élevage et de réglementation des rejets dans l’environnement vont également les contraindre à revoir leur mode de production. Par exemple en 2010, il ne pourra plus il y avoir de cages individuelles de gavage pour les animaux (dès 2005 pour les installations neuves). Or selon l’aveu même du CIFOG (Comité Interprofessionnel des producteurs de foie gras) elles représentent 87% des élevage en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: Gavage des oies   Ven 24 Juin - 20:30

voilou maintenant j'attends vos réactions! alors pour ou contre le gavage?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yellowstone
Louve Alpha
avatar

Féminin Nombre de messages : 844
Age : 31
Animal favori : loup
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: Re: Gavage des oies   Mar 20 Déc - 21:14

Lettre d'information de la PMAF


« Bon Noël et bonnes fêtes de fin d’année ! Pour ne pas faire de faute de goût dans l’élaboration de vos menus, n’oubliez surtout pas de cliquer sur ce lien : Cliquez ici qui vous réserve une surprise gastronomique. Bon appétit ! »

On se passera de foie gras cette année au nom de la souffrance des oies zzzdd
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apasdeloup
Loup
avatar

Masculin Nombre de messages : 177
Age : 29
Animal favori : Loup
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Re: Gavage des oies   Lun 2 Jan - 1:34

Moi qui adorais ça, je n'y toucherais plus de ma vie...

_________________
"On reconnait le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite ses animaux." Gandhi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://canislupus.naturalforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gavage des oies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gavage des oies
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» gavage oie de toulose
» Les oies sont arrivées chez moi!
» gavage d'urnes
» Oies d'été
» Les oies d'Egérie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yellow Stone En Action :: Dénonciation :: Chez nous-
Sauter vers: