Pour le défense des animaux et de la Nature !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 le G8 et le climat

Aller en bas 
AuteurMessage
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: le G8 et le climat   Dim 10 Juil - 17:31

Ultime marathon sur le changement climatique au G8

2005-07-07 GLENEAGLES (Royaume Uni) (AFP)


Un ultime marathon se déroulait jeudi matin pour trouver un consensus entre grandes puissances industrielles sur le changement climatique, lors du sommet du G8 de Gleneagles plongé dans l'angoisse par l'annonce d'explosions à Londres.

Selon des sources proches de la présidence britannique, l'accord sur le climat bloquait encore sur la reconnaissance par les Etats-unis de l'urgence de la lutte contre l'effet de serre et sur le dialogue que les grandes puissances veulent proposer aux gros pays du Sud sur les rapports entre changement climatique et énergie.

Les membres du G8 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Japon, Italie, Royaume-Uni, Russie) négociaient séparément entre eux jeudi matin avant de retrouver en fin de matinée les cinq grands pays émergents invités au sommet de Gleneagles (Chine, Inde, Brésil, Afrique du Sud et Mexique).

Si un Plan d'action sur l'effet de serre était finalisé, un compromis global sur un communiqué n'était pas encore conclu au moment où les grands pays ouvraient formellement leurs discussions jeudi matin sur ce thème dont le premier ministre britannique Tony Blair a fait l'une de ses priorités pour le G8 avec l'Afrique.

S'adressant à la presse après un petit déjeuner avec M. Blair, le président George W. Bush avait fait état d'un "consensus sur le fait que nous devons progresser ensemble" dans la lutte contre le réchauffement planétaire. Mais il avait rappelé que tout accord sur le climat devrait impliquer poids lourds du Sud comme la Chine et l'Inde.

De son côté M. Blair avait souligné qu'il ne s'agissait pas de négocier un nouveau traité sur le climat à Gleneagles et que le but du sommet était seulement de voir s'il serait "possible à l'avenir" d'obtenir un consensus sur les mesures de lutte à prendre, incluant les Etats-Unis et "les économies émergentes".

D'après les diplomates, le communiqué bloquait encore sur les aspects scientifiques du changement climatique et la définition du dialogue que le G8 veut lancer avec les poids lourds du Sud.

Bas débit Haut débit
M. Bush questionne le rôle exact des activités humaines et des gaz à effet de serre dans le réchauffement de la Terre. Il a rappelé à Gleneagles sa foi dans les technologies du futur "pour permettre à l'économie mondiale de croître et (...) protéger l'environnement" en même temps.

Les Américains peinaient encore de ce fait à accepter un passage de la déclaration soulignant que les activités humaines, notamment les énergies fossiles, "contribuent largement aux gaz à effet de serre associées avec le réchauffement de la surface du globe".

Ils discutaient également d'une phrase soulignant la nécessité de "ralentir, stopper et renverser la croissance des gaz à effet de serre, dans la mesure où la science le justifie".

Par ailleurs les cinq pays invités à Gleneagles posaient des conditions, Inde notamment, pour accepter de participer à un dialogue avec le G8 sur les relations entre changement climatique et énergie. Ils souhaitaient que ce dialogue traite du financement du transfert vers le Sud des nouvelles technologies énergétiques déjà utilisées au Nord.

L'usage des énergies fossiles représente 80% des émissions de gaz à effet de serre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: le G8 et le climat   Dim 10 Juil - 17:37

Climat: les grands pays émergents posent leurs conditions pour s'engager

2005-07-07 GLENEAGLES (AFP)

Les cinq pays émergents invités au sommet de Gleneagles (Ecosse) ont demandé jeudi aux grandes puissances d'accroître leurs transferts de technologies propres et leurs aides financières vers le Sud, conditions indispensables, selon eux, pour leur permettre de maîtriser leurs émissions de gaz à effet de serre.

Dans une déclaration commune publiée après une réunion séparée et une session commune avec le G8, la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Afrique du sud et le Mexique ont rappelé d'abord que leur "première priorité" était le développement économique et qu'ils n'avaient actuellement "aucun engagement" de réduction de leurs gaz à effet de serre.

Ils ont demandé "aux dirigeants du G8 et à la communauté internationale, de mettre au point des mécanismes innovants pour le transfert de technologies et de fournir de nouvelles ressources financières aux pays en développement dans le cadre de la Convention climat et du protocole de Kyoto".

Dans leur déclaration, les cinq pays du Sud, représentés au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement, ont rappellé que, s'ils n'ont pas d'obligations de réductions d'émissions sous Kyoto, ils doivent tout de même "adopter des politiques et mesures appropriées pour combattre le changement climatique, en tenant compte de leurs conditions spécifiques et avec le soutien des pays développés".

Ils soulignent que leurs efforts de lutte contre l'effet de serre ont buté jusqu'à maintenant sur l'absence de financements du Nord et un transfert de technologies énergétiques propres insuffisant du Nord vers le Sud.

Ce dernier, expliquent-ils, est freiné à la fois par le coût trop élevé pour les pays du Sud de ces technologies et par le problème des brevets.

Les Cinq se disent prêts à une nouvelle coopération internationale pour faciliter la pénétration des énergies propres dans leurs pays.

Cette coopération devra permettre que "les technologies ayant un impact positif en matière climatique soient à la fois accessibles et abordables pour les pays en développement". Elle "devra impliquer un effort concerté en vue de traiter les questions liées à la propriété intellectuelle".

"Des ressources financières, additionnelles à celles de l'aide publique au développement, devront être mises à la disposition des pays en développement pour leur permettre d'avoir accès à des technologies" énergétiques de haute performance, ajoute la déclaration commune.

La Convention climat, signée au sommet de Rio de 1992 et entrée en vigueur en 1994, est le premier accord de l'ONU sur l'effet de serre. Elle a été ratifiée par les Etats-Unis.

Cette Convention a été renforcée en 1997 par le protocole de Kyoto qui impose des réductions de CO2 et autres gaz réchauffant l'atmosphère aux seuls pays industriels et est entré en vigueur en février dernier malgré le refus du président George W. Bush de le ratifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: le G8 et le climat   Dim 10 Juil - 17:43

Climat : les pays du G8 reconnaissent la nécessité d'"agir maintenant"

2005-07-08 GLENEAGLES (AFP)

Les grands pays du G8 ont reconnu la nécessité d'"agir maintenant" contre le changement climatique, dans un communiqué approuvé vendredi lors de leur sommet de Gleneagles (Ecosse), qui marque une évolution, au moins dans la forme, de la position américaine.

Dans ce texte, publié en fin de leur réunion, ils soulignent le rôle des énergies fossiles et d'"autres activités humaines" dans "l'accroissement des gaz à effet de serre liés au réchauffement de la surface de la Terre".

"Si des incertitudes subsistent dans notre compréhension de la science du climat", poursuivent-ils, "nous en savons assez pour agir maintenant afin de commencer à ralentir et, pour autant que la science le justifie, à freiner et à inverser l'augmentation des gaz à effet de serre".

Le président George W. Bush a rejeté le protocole de Kyoto, un accord imposant aux pays industrialisés des réductions de CO2 et autres gaz réchauffant la planète d'ici 2012. Il avait cité notamment les incertitudes entourant l'ampleur du changement climatique et la part des activités humaines, notamment des émissions de gaz à effet de serre, dans le phénomène.

Dès jeudi soir, le président français Jacques Chirac a estimé que le communiqué traduisait "une évolution de la position américaine" sur les aspects scientifiques des changements climatiques.

"Il ne faut pas croire la communication des uns et des autres", ont rétorqué vendredi matin devant la presse les grandes associations écologistes, Greenpeace, Amis de la Terre (FoE) et WWF (Fonds mondial pour la nature). "Bush n'a pas reculé d'un pouce", a résumé Jennifer Morgan du WWF. "Il y a peut-être eu une virgule déplacée ici ou là, mais le résultat est dépourvu de toute signification".

M. Chirac a fait état d'une "avancée réelle" sur la reconnaissance de l'urgence à agir contre le changement climatique. Les écologistes ont tempéré cette analyse, relevant que les Américains n'avaient envisagé de freiner les émissions de gaz à effet de serre que "pour autant que la science le justifie" à l'avenir.

Les Américains n'ont pas bougé sur Kyoto, auquel M. Bush a redit son hostilité à Gleneagles. Ils ont toutefois concédé une mention du traité en fin de document. "Ceux d'entre nous qui ont ratifié le protocole de Kyoto se félicitent de son entrée en vigueur et oeuvreront pour en assurer le succès", est-il écrit sur ce point dans le texte.

Finalement, le résultat le plus concret de Gleneagles est le lancement par le G8 d'un dialogue sur les relations entre changement climatique et énergie, les sources d'énergie fossiles étant à l'origine de 80% des rejets de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Les Huit invitent tous les pays "dont les besoins énergétiques sont importants" à participer à ce dialogue. Sont visés notamment les cinq poids lourds du Sud qui ont participé à une session du G8 jeudi: Chine, Inde, Brésil, Afrique du Sud, Mexique.

Le Premier ministre britannique Tony Blair a annoncé vendredi qu'il organiserait une première conférence le 1er novembre dans le cadre de ce nouveau forum informel.

Défendant les résultats du sommet devant la presse, M. Blair a rappelé que les grands pays émergents ne s'engageraient jamais dans la maîtrise de leurs rejets polluants si les Etats-Unis restaient à l'écart des efforts de la communauté internationale.

Et si la Chine, l'Inde et les Etats-Unis ne prennent pas d'engagements, "le problème ne pourra jamais être résolu". Le dialogue, axé sur l'accès des pays du Sud aux énergies propres, ne sera pas un ersatz de négociations, a expliqué M. Blair. Mais il permettra d'ouvrir la voie à des discussions, dans un autre cadre, sur l'après-2012, a expliqué M. Blair dans une allusion à l'échéance du protocole de Kyoto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptite génie
Louve Bêta
avatar

Nombre de messages : 235
Animal favori : les loups
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: le G8 et le climat   Dim 10 Juil - 17:45

Le G8 promet des "mesures novatrices" en faveur des énergies propres
2005-07-08 16:10:23
GLENEAGLES (AFP)


Les pays du G8 s'engagent à "prendre des mesures novatrices" pour promouvoir l'usage d'énergies fossiles moins polluantes dans le cadre d'un Plan d'action sur le changement climatique adopté à la fin de leur sommet de Gleneagles (Ecosse).

Le Plan d'action fixe six objectifs: "changer notre manière de consommer l'énergie"; "agir pour un avenir plus propre"; "promouvoir la recherche et le développement"; "financer la transition vers une énergie plus propre"; "gérer les effets du changement climatique"; "lutter contre l'exploitation forestière illégale".

Il contient peu d'engagements concrets et aucune promesse de financement, contrairement aux premières versions du document présentées par la présidence britannique.

Les Huit s'engagent notamment à "soutenir les efforts visant à rendre plus efficace et plus propre la génération d'électricité à partir du charbon et d'autres sources d'énergie fossile".

Ils demandent à l'Agence internationale de l'énergie (AIE) d'évaluer la performance énergétique des différents moyens de production d'électricité et des bâtiments à l'échelle mondiale.

"Il s'agit d'une nouveauté", notent des experts proches de cette organisation internationale. "Nos travaux en la matière se limitent aux pays du Nord, avec quelques incursions vers la Chine et l'Inde, mais nous ne sommes jamais occupés d'efficacité énergétique dans les pays en développement".

Des financements additionnels pour faciliter ces nouveaux travaux de l'AIE, proposés par Londres, ne figurent plus dans le document.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le G8 et le climat   

Revenir en haut Aller en bas
 
le G8 et le climat
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plantes exotique et climat
» climat social au Maroc
» Climat pour un départ pour mi février 2011
» article du Monde : "climat, la porte est fermée pour toujours (ou presque)
» Comment crée un petit climat humide pour des plantes tropicales ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yellow Stone En Action :: Dénonciation :: Actualité-
Sauter vers: